Pour la sécurité de tous, des personnes sont postées à toutes les entrées du public. Elles vous poseront des questions sur vos déplacements et vos symptômes, et vous demanderont de vous laver les mains. Certaines restrictions peuvent être en place en ce qui concerne les visites. Veuillez consulter la page d’information sur la COVID-19 avant de vous rendre à l’hôpital.

Un médecin et une pharmacienne de l’HGW développent un traitement jamais utilisé au pays pour traiter les engelures

WGH pharmacist Josianne Gauthier
Date: 
3/30/2017

WHITEHORSE – Le Yukon est bien connu pour son climat froid. Un médecin et une pharmacienne de l’Hôpital général de Whitehorse (HGW) retiennent l’attention à l’échelle nationale avec une nouvelle méthode pour mieux traiter les engelures.

Le Dr Alex Poole a travaillé en collaboration avec Mme Josianne Gauthier, pharmacienne hospitalière, pour introduire au Canada un traitement contre les engelures qui est souvent utilisé en Europe. Il s’agit d’une approche unique pour les cas les plus graves, qui combine la méthode traditionnelle de réchauffement rapide de la peau et un médicament appelé iloprost, afin de réduire les risques d’amputation.

« À l’époque, on ne connaissait pas cette approche dans notre région – le médicament n’était pas utilisé en Amérique du Nord, explique Alex Poole. Nous avons décidé de travailler ensemble pour voir si nous pourrions adopter ce traitement au Yukon, ce qui a donné lieu à une série d’échanges avec Santé Canada. »

Télécharger le communiqué (PDF)

L’agence fédérale a accordé une autorisation spéciale au duo pour utiliser le médicament au Yukon – la première et la seule administration canadienne à obtenir une telle permission. L’iloprost est principalement utilisé pour traiter l’hypertension artérielle pulmonaire en dilatant les vaisseaux sanguins, ce qui aide aussi à faire circuler le sang vers les parties du corps affectées par des engelures chez les patients exposés au froid.

Au cours d’une période de plusieurs mois, deux patients souffrant de graves engelures ont été traités à l’HGW, avec la méthode du réchauffement rapide et le  médicament.

Dans les deux cas, les résultats ont été positifs – aucune amputation n’a été nécessaire et les conséquences à long terme causées par l’engelure ont été minimales. Une étude de cas a été publiée en décembre dernier dans le Canadian Medical Association Journal.

« Notre projet a vraiment contribué à faire connaître le Yukon et l’HGW », souligne Josianne Gauthier. « Le fait de pouvoir utiliser ce traitement à Whitehorse est un avantage pour notre hôpital et pour nos patients, particulièrement dans un climat nordique comme le nôtre ». Elle précise que d’autres hôpitaux canadiens ont fait appel à eux pour en savoir davantage sur la nouvelle technique. Depuis la publication de l’étude de cas, l’Hôpital territorial Stanton de Yellowknife a aussi demandé à Santé Canada l’autorisation d’utiliser l’iloprost pour traiter les cas d’engelures. Le Dr Poole appelle cependant à la prudence, car la simple utilisation du médicament peut s’avérer insuffisante dans certains cas. Une approche globale fondée sur des preuves établies permet de traiter efficacement les engelures. Dans les cas les plus graves, il faut parfois utiliser d’autres médicaments pour éviter la formation de caillots sanguins.

« Il est absolument essentiel de traiter les engelures dans les 24 heures qui suivent l’exposition », précise-t-il. « Malheureusement, il y a beaucoup de cas où les gens ne font pas examiner leurs blessures ou attendent trop longtemps avant d’obtenir des soins médicaux. »

Alex Poole et Josianne Gauthier élaborent maintenant un nouveau protocole de traitement pour l’hypothermie, conçu pour fonctionner de pair avec la méthode de traitement des engelures chez les patients ayant été exposés à des froids extrêmes. En juin, le médecin de Whitehorse prendra la parole lors de la conférence nationale de l’Association canadienne des médecins d’urgence. Il espère créer, à l’échelle du pays, une nouvelle norme pour le traitement des blessures causées par le froid.

-30-

Renseignements :

James Low
Communications
Régie des hôpitaux du Yukon
james.low@wgh.yk.ca
867-393-8698

Last Updated:mar, 30/03/2021 - 18:18